Memento

Etape de travail « Madame Blanche » (2018) avec la compagnie PAD – Nadine Zadi

Nadine Zadi est une comédienne au sourire désarmant et au regard incisif, unepersonnalité « trempée ».
C’est un défi de mettre en scène Madame BLANCHE car elle est connue du public.
Personnage attachant, sensible, croquant les situations de la vie et l’actualité,Madame BLANCHE fait mouche. Emouvante, tendre, elle s’adresse au coeur duspectateur.
En portant Madame BLANCHE sur scène, Nadine Zadi veut lever un peu plus le rideau sur ce personnage qu’elle aime tant et qui lui colle à la peau. Joueuse, elle veut «le dernier mot» face à Monsieur Schwartz. Ensemble ils forment depuis neuf ans le duo Blanche et Schwartz dans l’émission Gsuntheim, animée par Christian Hahn sur France3 Alsace.
Mais, « qui est Madame Blanche sans Monsieur Schwartz ? ».
Le spectacle Madame BLANCHE sera créé avec la collaboration artistique de
Christian Hahn et Corinne Puget qui tous deux apporteront leurs points de vues et regards extérieurs.
Nadine Zadi incarnera son personnage fétiche, Madame Blanche, et au-delà de ce personnage que le public connaît, elle livrera un peu plus d’elle même, parce qu’ «elle a une histoire dans la tête et dans le corps».
Ce que l’on sait déjà et que l’on peut lire dans la biographie de Nadine :
« Nadine Zadi est née en Alsace. Elle est d’origine ivoirienne. En 1998, elle retourna vivre à Abidjan où elle entreprit la création d’une radio locale, Radio Ouyine. » Elle est revenue en France en 2004 et poursuivra son parcours de comédienne.
Deux pays, deux vies, ont forgé la personnalité de Nadine Zadi.
Son désir en créant ce spectacle, est celui de nous parler à la fois de notre besoin de liberté et de notre besoin d’appartenance, de la double culture, de la mixité, autant de thématiques personnelles qui entrent en résonnance avec les parcours d’autres qui, comme elle, quittent un pays.
Son projet: nous faire rire de nos contradictions, de nos absurdités, de nos
extravagances, de nos croyances, de nos envies vraies ou fausses, de notre combat au quotidien pour préserver ou gagner un peu de liberté, parce que c’est une nécessité. Madame Blanche est bien sûr un personnage engagé : Par la parole, le rire, et sa poésie, elle défend son carré de verdure, nécessairement. Avec une
liberté franche, elle parlera d’elle, de ses rencontres, de ses rêveries, guidée par sa fidèle compagne et « merveilleux petit boulet », sa chienne Cajou.
Ce qui inspire Nadine Zadi c’est la rue, la ville, Strasbourg, là où elle vit, là où elle a grandi, mais pas uniquement Urban style, car si elle a grandi dans une ville, elle est née dans une forêt… dit-elle.
Urban style d’abord. Citadine, dans son style, dans son jus.
Avec savoir vivre et politesse, Madame BLANCHE nous livre un quotidien et une imagination débridée : recherche de l’amour, régimes alimentaires vegan et flexivégétarien, multi culturalité, Crossfit et football, technologies nouvelles et vintage, téléphonie chérie, font parties de sa vision personnelle du bien être et du «bien vivre ensemble », autrement dit « ce que je veux c‘est pas ce que les autres veulent »
Madame BLANCHE, tendre, dynamique, sportive, nous livre un programme de libération par le rire !
Clarisse Hagenmuller

Labo Figures Imposées (octobre 2017) dirigé par Anne Monteil Bauer Résidence Comédie de Colmar Grenier A

Etape de travail L’Histoire de Mr Sommer Anciens Thermes de Soultzbach-les Bains

Festival Avignon Off 2016 – L’Histoire de Mr Sommer

Résidence Espace Scènes d’Alsace ACA Sélestat 2014 Spectacle Rouge définitif- coproduction Tanzmatten

Festival Avignon Off 2012 Théatre des Lucioles « Dis à ma fille que je pars en voyage »

Dis à ma fille que je part en voyage (2010)

de Denise Chalem

coproduction Espace Ried Brun Muntzenheim (68)

Jeu NouaraNaghouche, Clarisse Hagenmuller, Marie Kalifa

Mise en scène Catherine Fauvé TOTA COMPANIA

Lien vers le teaser :
Dis a ma fille que je pars en voyage

Le bestiaire et la muse (2010)

Avec le Conservatoire de Musique de Colmar, dans le cadre d’une Carte blanche du Conseil Général  68
D’après le « Carnaval des Animaux » de Camille Saint Saëns, et « Tierkreis » de Stockhausen.
Texte et mise en espace : Hélène  Sanglier, violoniste, professeur au conservatoire
jeu : Pascale Martischang, mime
Clarisse Hagenmuller, comédienne

« Lion,  Cessez d’être le dindon de la farce : prenez le dindon et faites-en de la farce ! C’est votre force , vous ne perdez pas la face. Par ailleurs, ne vous laissez pas déborder par les ragots, caquètements et autres prises de bec. Ces poules de cabaret qui vous tournent autour se payent votre crinière. Montrez votre superbe, volez-leur dans les plumes et vous rugirez de plaisir ! Zeit zeit zeit zum, stockebilibum, fruchte, freude,  freundlein mademoiselle “ Ce week-end  sera à votre image : superbe et généreux… à condition de rentrer vos griffes et de faire le coq de basse-cour ! »

Groenland (2009)

Une femme tente de fuir son quotidien,

Une femme ordinaire, une mère

En proie à une folie douce.

Elle décide de partir pour le Groenland, avec sa fille.

Coup de tête ? Délire ? Rêve ? Déroulement des rues, des rencontres, des situations, dans ce départ à travers la ville, la nuit.

Enthousiasme et craintes des grands départs, tout donne lieu à l’auto examen, car on ne voyage jamais qu’en soi-même.

Un texte tragi-comique. Un monologue de femme dans lequel la parole se fait tantôt récit, tantôt adresse à l’enfant, tantôt discours intérieur, pour petit à petit se tourner vers le spectateur et révéler une intimité ordinaire mais décalée.